En-cas poétique

André Walter

Remède poétique

Remède poétique
Les poèmes de
                  Cécile Coulon,
                  Richard Brautigan,
                  Nicolas Thiry,
                  Raymond Carver,
                  Sébastien Ayreault,
                  Charles Bukowski,
                  &
                  Alice de Chambrier,
sont des bonbons au
                  miel :
ils apaisent les
                  maux
grâce à la beauté de leurs
                  mots…


Poètes
                 ou
                          druides ?

Moules marinières

Il m’arrive souvent de
                  mentir
lorsque l’on me demande
quel est mon plat préféré;
une gêne absolue s’empare de moi,
j’essaie tant bien que mal de la cacher
car c’est
                  toi
qui me vient immédiatement à
                  l’esprit…


Alors, je réponds d’une voix
                  étouffée :
                                    La choucroute.

Ne le prends pas mal
                  chérie !
Je ne te compare pas du tout,
je te garde simplement pour le
                  dessert…

Festin de pauvre

Parfois,
il m’arrive de
                  bouffer
de l’inspiration
à m’en faire
                  exploser
la tête :
vice de la
                  gourmandise.
En revanche,
pour ce poème,
j’ai été
                  victime
d’une sournoise
                  famine…
Je traque les
                  miettes
si bien dissimulées
dans mon
                  esprit.
Je ne vais pas faire la fine
                  bouche ;
on dira qu’il s’agit d’un 
                  maigre
                                amuse-bouche

Beat

DÉVORER
« Sur la route » de
                  Jack Kerouac.

N’avoir qu’une seule envie :
                  bouffer
du bitume à en
                  exploser,
se nourrir de nouvelles
                  aventures
remplies de rebondissements
                  aigre-doux,
festin de
                  soirées
                                arrosées.

Gourmandise de discussions
                  littéraires
                  musicales
à en
                  mourir
afin de
                  fuir
cette condition
                  sociétale
à
                  vomir

0 comments
0 likes
Prev post: La mécanique du ventreNext post: Des éclats de cristaux

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai retrouvé sans peine l’endroit de nos haltes, tant il demeure inscrit au plus profond de ma mémoire. Je crois que je pourrais fermer les yeux et, sans même tâtonner, m’y diriger tout droit.

Raphaël Aubert, Sous les arbres et au bord du fleuve & autres récits. 2021.

Inscription à la e-lettre